Autant Santiago n’aura pas spécialement retenu notre attention (bien qu’on y trouve un fabuleux musée de la mémoire et des droits de l’homme qui raconte les aspects les plus sombres de la dictature pinochiste ), autant les deux semaines que nous venons de passer à Valparaiso nous ont parues vraiment trop courtes. Mais, chose rare dans notre voyage, nous avons une dead line : Le 24 mars nous retrouvons l’acheteur de notre van à Asunción au Paraguay et nous ne pouvions malheureusement pas nous attarder.

Du coup pour en profiter le plus possible nous laissons exceptionnellement la voiture dans la rue et nous prenons une chambre dans un Hostal (les rues sont trop pentues pour trouver un endroit confortables). Irène nous a dégoté une super jolie maison avec un trapèze et un tissu à disposition des résidents. La saison touristique se termine et le lieux est tout à nous ou presque. Vont alors s’enchaîner 2 semaines de balades, flâneries et  autres oisivetés au gré des ruelles qui serpentent sur le dos des « cerros » composant le cœur de la ville. Irène passant une bonne partie de la journée suspendue en l’air en alternant trapèze et tissu, j’en profite de mon coté pour glaner des nouveaux livres en français (kafka et camus) pour agrémenter la suite de notre voyage. Valparaiso est aussi une ville incroyablement photogénique, c’en est presque déroutant,  j’ai quand même tenté d’en profiter au maximum. Voyez plutôt :

Sinon, Irène à vraiment flashé sur la ville et vous invite tous à Valparaiso pour ses 40 ans!!