Après les chaleurs chiquitaniennes et une nuit de bus sur une piste chaotique nous débarquons à Sucre pour deux petites semaines de repos, d’acclimatation à l’altitude et une petite rando de 3 jours. La ville est en pleine effervescence car le 25 mai seront fêtés les 205 ans de l’indépendance de la Bolivie dont Sucre est la capitale historique. Le marché central est super sympa mais l’ambiance est assez touristique dans l’ensemble. A 2600m d’altitude on sent que l’hiver approche et les nuits sont bien fraîches. On s’est dégoté un super petit hostal (le Villa de la Plata) avec deux grandes terrasses sur le toit, une rien que pour nous et l’autre avec transat et parilla….on glandouille, on se fait des bouffes, le temps passe….doucement….

 

 

La ville c’est sympa mais l’appel du large se fait sentir au bout d’une petite semaine et on s’arrache pour 3 jours de rando dans la région des Jalq’a. Quelques mots de Quechua sont les bienvenus car pas mal de gens ne parlent pas ou peu espagnol….on crapahute aux alentours de 3200m d’altitude et c’est pas facile pour Judith qui manque de souffle (Yves est resté déambuler et dessiner dans les rues de Sucre). Les ambiances sont très andines, rudes et sèches. C’est magnifique….

Oui oui je sais je suis moins assidu ces derniers mois sur le blog et je m’en excuse….MAIS il y à de bonnes raisons à cela : Les connexions internet boliviennes sont assez aléatoires et sporadiques ET j’ai eu un peu la flemme (j’avoue), tout absorbé à notre voyage, de passer du temps sur l’ordi….Promis je ferai mieux par la suite (ou pas)….