Bon alors voilà, Valparaiso c’était vraiment génial. Tellement bien même qu’Irène vous invite à venir y fêter ses 40 ans dans …..14 ans et oui le temps file. Bref nous avons tracé la route jusqu’à Asunción en une petite semaine et y avons vendu la voiture. Voilà, terminé les bivouacs sauvages au milieu de nul part, les lignes droites interminables et les kilomètres de pistes poussiéreuses et bienvenue aux heures de bus, à l’attente, à plus d’imprévu, aux hostals bon marché. Chaque moyen de voyager possède sans aucun doutes ses avantages et ses inconvénients et on aura adoré prendre la route dans notre petite camionnette mais c’est aussi un plaisir de retrouver notre sac à dos, de pouvoir prendre un douche chaque jours, de rencontrer d’autres voyageurs de tout les pays du monde et de se faire des grosses bouffes.

On est resté une quinzaine de jours au Paraguay pour offrir un petite maintenance d’usage à la voiture avant la vente. Nous sommes retournée aussi à Costa Alegre près de Caacupé voir Amina et ses enfants qui avaient bien grandi en 6 mois. c’était encore la saison des pluies.

Pour retrouver la Bolivie, il nous restait une ultime épreuve : rejoindre Santa Cruz de la Sierra. 30h de piste dans le bus le plus pourri d’Amérique du sud à travers le Gran Chaco. C’était assez chaotique et le bus a manqué de s’embourber un nombre incalculable de fois mais nous sommes arrivés. Cela fait maintenant 15 jours qu’on vadrouille entre Santa Cruz et Cochabamba en compagnie d’une troupe de chiliens, on se perd dans des petits villages au bout de la route, on mange la poussière à l’arrière des camions qui nous prennent en stop, on goûte des fruit nouveau dans les marchés et on campe au bord des rivières…J’ai même oublié de faire des photos…..