On vous en avait parlé précédemment et vous en donne les détails ici.

Acheter une voiture en Amérique du Sud n’est pas possible dans tous les pays en tant qu’étranger. En Argentine par exemple, si vous pouvez acquérir un véhicule vous ne pourrez, en revanche, pas sortir du pays. Si votre voyage commence à Buenos Aires la solution la plus simple consiste à vous rendre au Paraguay ou un simple passeport suffit à l’achat d’une auto.
Depuis quelques années le pays s’est ouvert à l’importation de véhicules d’occasions et l’offre est pléthorique. Le Chili semble être une très bonne option aussi mais, encore une fois, c’est n’est pas le plus pratique si vous débarquez à B.A.
Prévoyez un petit mois entre la recherche de votre bolide et l’obtention de la cellula verde, la carte grise de là-bas, à votre nom.
Un bon point de départ consiste à fouiner sur le site www.classipar.com.py qui regroupe un bon paquet d’offre en tout genre. Ne vous étonnez pas de trouver beaucoup de véhicule japonnais cambio de volante. Les voitures d’occasions japonaises arrivent en masse dans la zone franche d’Iquique au Chili pour être rapatriés au Paraguay ou des ateliers découpent le tableau de bord et s’occupe d’inverser la conduite (hé oui, au Japon on roule à gauche, les volants sont donc à droite)
Le nombre de kilomètre indiqué par le compteur se révèle souvent fantaisiste aussi il est préférable de regarder l’état des joints des vitres ou bien la petite étiquette au bas des ceintures de sécurité ou se trouve l’année du véhicule.
La partie administrative n’est pas aussi simple que chez nous mais au Paraguay, il n’y a pas de problèmes mais que des solutions. Dans l’ordre :
Vous allez avec le vendeur (et la voiture convoité) chez une escribana (une sorte de notaire locale) pour signer un contrat de compra/venta (qui indique votre numéro de passeport et votre adresse sur place, celle d’un hôtel suffit) et payer le véhicule devant l’escribana. Vous sortez de là avec les clés de la voiture et les papiers de l’ancien proprio (dont la cellula verde) et vous pouvez désormais aller à la mairie pour vous affranchir d’une taxe qui vous donne le droit à une vignette à coller sur votre pare-brise et à une petite carte blanche plastifiée. Ensuite direction le contrôle technique qui n’a rien avoir avec celui que nous connaissons et qui compare uniquement les numéros de châssis et de moteur avec les papiers de la voiture. A partir de là vous pouvez circulez dans tout le pays librement.
Environ une semaine plus tard vous revenez chez l’escribana pour signez le Titulo, le titre de proprieté de la voiture à partir duquel sera fabriqué la cellula verde à votre nom. L’escribana s’occupe de faire signer ce titre à l’ancien proprio. Encore une semaine plus tard vous relancer une fois tous les deux jours l’escribana et encore une semaine plus tard vous pouvez récupérer la précieuse carte à votre nom. Il ne vous reste plus qu’à contracter une assurance afin de pouvoir sortir du pays et profiter de votre voyage. Il vous faut une assurance qui propose une carta verde. C’est un contrat qui vous couvre aussi à l’étranger.
Il est préférable de changer les huiles, les filtres, les plaquettes et les courroies avant de partir sillonner le continent. La main d’œuvre est très bon marché et les pièces aussi.
Concernant les prix nous avons payé :
16 millions de Gy (guaranies, 6000Gy = 1 eur) pour l’achat de la voiture, une Nissan serena de 97 2L diesel 4×4
1,2 millions pour les frais d’escribana
100 000 pour la taxe municipale
900 000 pour l’assurance au tiers chez l’Agricola
1,8 millions chez le garagiste qui a changé les huiles de boite de vitesse, du moteur, de l’embrayage et des ponts avant et arrière, le liquide de refroidissement, le liquide de frein, les plaquettes de frein avant et refait les garnitures des tambours arrières, les 2 courroies de la distributions (remplacées par des bonnes courroies japonaises), les 3 courroies auxiliaires, 2 roulements pour les courroies et un soufflet de cardan. Il a aussi graissé tous les points sensibles et laver la voiture de fonds en comble.
Après tous ces détails fastidieux mais qui je l’espère vous aideront dans vos démarches quelques photo de notre nouvelle maison aménager par nos soins et qui nous fais voir du pays.

Pour ceux qui seraient en quête d’un véhicule similaire en juin ou juillet 2014, faites nous signe : elle sera en vente. (avec l’équipement pour camper et les sièges si ça vous branches).